LES EXPLICATIONS DU CHAVIRAGE DE VIRBAC PAPREC 70

Paprec Group, Virbac Paprec 70

10 octobre 2013

Actualités

VIRBAC-PAPREC 70 a chaviré hier après-midi au large de Belle-Ile lors d'un entrainement en vue de la participation à la Transat Jacques Vabre. Jean-Pierre Dick et Roland Jourdain naviguaient dans 15-20 nœuds de vent.


Les dernières nouvelles

Les hommes d’abord. Dans le chavirage, Jean-Pierre Dick s'est blessé au dos. Un tassement de vertèbres était diagnostiqué. A 14h, les nouvelles sont rassurantes. JP doit sortir de l'hôpital cet après-midi. Il portera une ceinture pour une période à déterminer.

Du côté du bateau, VIRBAC-PAPREC 70 est désormais au port, la coque à l'endroit.
Il a été remorqué cette nuit par la SNSM entre Belle Ile et Lorient. Les opérations de remorquage ont duré toute la nuit. A 5h, l'équipe technique a escorté la coque de VIRBAC-PAPREC 70 à l'aide de semi-rigides et l'a amarré à quai à Lorient. Les opérations de retournement de la coque ont commencé à 5h30.

Les raisons du chavirage

Les marins ont été surpris par une forte risée et n'ont pu empêcher le retournement de leur multicoque. Le mât s'est cassé en 3 morceaux.
Roland Jourdain a pu se protéger sous la casquette, tandis que Jean-Pierre était éjecté violemment dans l'eau. Dans un premier temps, tout l'équipage s'est déclaré sain et sauf, avec une douleur au dos pour Jean-Pierre.

Finalement, le skipper a été hélitreuillé vers l'hôpital de Lorient. Un tassement de vertèbres a été diagnostiqué, il reste en observation pendant 2 jours. Le bateau est en ce moment remorqué vers Lorient.

Jean-Pierre Dick : « Je suis encore sous le choc. Tout est allé très vite. J'ai vu une forte risée arriver par derrière. J'ai choqué le chariot de grand-voile mais certainement pas assez. Tout a basculé très vite, je suis tombé de très haut, j'ai heurté quelque chose et suis tombé à l'eau. C'était violent. Heureusement, j'ai pu rejoindre le bord très vite. J'ai vite eu mal au dos. Nous avons attendu les secours dans la tristesse. »

Roland Jourdain : « Nous naviguions dans 15 nœuds de vent établi mais irrégulier avec des rafales à 18-20 nœuds. Les conditions étaient maniables. Brusquement, Il y a eu une risée plus forte que les autres. Le bateau est monté, monté. Il est resté stationnaire pendant quelques secondes interminables. J'ai choqué le solent. Nous pensions qu'il allait tomber du bon côté... Et non le bateau a chaviré. J'ai eu très peur pour Jean-Pierre. C'est mon premier chavirage, je suis chaviré. »

Plus d'information sur : www.jpdick.com et www.media.jpdick.com