Aller au contenu

Une chaîne de tri pour les encombrants

Une première pour Paprec ! L’agence historique de La Courneuve (93) se dote d’une nouvelle installation destinée au traitement des encombrants du Syctom de Paris. Cette chaine de tri permettra de broyer puis trier les encombrants de façon automatisée afin d’en recycler le plus possible.

Environ 50 000 tonnes de déchets encombrants sont produites chaque année par les habitants des 85 communes représentant près de 6 millions d’habitants gérés par le Syctom, le syndicat gérant les déchets ménagers franciliens. Si cette quantité est, par rapport aux ordures ménagères, relativement faible, leur nature rend les déchets encombrants plus difficiles à traiter. En effet, cette opération était alors gérée par un centre de tri manuel permettant « un débit de 6 tonnes par heure qui nécessitait la main-d’oeuvre d’une vingtaine de personnes » indique Charles Kofyan, directeur de l’innovation du groupe.

Une nouvelle chaîne de tri conçue sur mesure et innovante pour gérer les déchets

Ainsi, pour améliorer le process de tri et le taux de valorisation, le groupe Paprec a proposé au Syctom une chaîne de tri sur mesure créée par la société espagnole Bianna Recycling, munie d’un broyeur, de trieurs optiques et d’un robot piloté par l’intelligence artificielle conçu par ETIA Group avec un débit de 20 tonnes par heure. Une proposition très appréciée par la collectivité qui a renouvelé le contrat pour une durée de 4 ans. La mise en service de cette installation dernier cri est prévue à la mi-avril après quatre mois de montages.

L’importance d’un broyage efficace et d’une technologie de tri adaptée pour récupérer les matières valorisables

Les déchets encombrants contiennent beaucoup de matières valorisables pouvant avec une décomposition des matériaux et une technologie adéquate, être récupérées et recyclées. La condition préalable étant un broyage efficace suivi d’une technologie de tri adaptée. « Ce qui est très lourd sera trié par un robot piloté par une intelligence artificielle pour extraire les cailloux et le bois. Ce qui est léger sera valorisé en CSR (combustible solide de récupération). Ce qui n’est ni très lourd, ni très léger passera par un système de tri optique pour valoriser le bois qui est majoritaire dans ces encombrants » explique Charles Kofyan, directeur innovation du groupe Paprec.

La nature de ce type de déchets, composés de matériaux particulièrement volumineux, impose aux broyeurs des exigences en conséquence. L’objectif du traitement efficace des déchets étant la récupération de matières premières secondaires et la fabrication de combustibles de substitution haute qualité pour la valorisation énergétique. Une solution qui a toutes ses chances d’être déployée dans d’autres agences du groupe si elle s’avère efficace ! Affaire à suivre…