Nos métiers

Paprec Group encourage la réussite et l'accomplissement de chacun. Retrouvez ici les témoignages de collaborateurs dont la carrière est faite d'expériences variées et enrichissantes.

Le service paie pendant la crise sanitaire

Au cœur de la crise, 10 000 salaires versés en temps et en heure, comme si de rien n’était... ou presque. Les membres du service paie n’ont pas ménagé leurs efforts pour que les virements de salaire se fassent dans les temps.

Service paie, Paprec Group

Introduction

C’était un rituel pendant le confinement et la mise en place du télétravail. Chaque jour aux alentours de 16 heures, Élisabeth Moreau, directrice de la paie et de l’administration du personnel du groupe, envoyait un mail à l’ensemble de son équipe, placée en télétravail. Son équipe est répartie autour de trois sites différents : La Courneuve, Paris et Toulouse. Et compte une vingtaine de gestionnaires de paie et les managers.

 

Dans son mail quotidien, la directrice du service (basée d’ordinaire à La Courneuve) donnait de précieuses informations à ses collègues, notamment une veille juridique devenue incontournable compte tenu de l’actualité : « Quasiment tous les jours, on voyait arriver un nouveau texte, un décret, une ordonnance ministérielle, souligne-t-elle. Je devais les analyser, les transmettre à la Direction et voir comment allaient s’appliquer ces mesures. » Ce fut le cas de l’activité partielle, par exemple.

Une suractivité liée au contexte

Les mesures mises en place par le gouvernement ont entraîné une réelle surcharge de travail. Cela concernait en particulier la prise en compte de l’activité partielle des collaboratrices et collaborateurs du groupe. Avant cela, il fallait aussi traiter les déclarations d’arrêt de travail pour santé fragile et garde d’enfants.

 

Du coup, les gestionnaires de paie (GP) n’ont pas eu de répit : « On recevait des déclarations tous les jours en provenance des agences, explique Éva Alize, GP à La Courneuve. Ça a été notre priorité au cours des premières semaines, pour que les personnes concernées touchent leur indemnité en temps voulu. » Et les dossiers à traiter étaient nombreux.

 

Face à cette suractivité, les équipes d’Élisabeth Moreau ont pu bénéficier de la solidarité des autres services, notamment celui des Ressources Humaines. Ainsi, Lucie Depasse, détachée du service formation, est venue prêter main forte pour établir les déclarations de garde d’enfant. « Un geste fort apprécié par toute l’équipe », souligne Marianne Favriol, GP à Toulouse.

Adaptation en mode télétravail

« Au sein-même du service, nous nous sommes serrés les coudes. Les conditions de travail étaient parfois plus compliquées pour ceux qui ont des enfants à la maison. Il fallait trouver son organisation, travailler en horaires décalés, confirme Marianne Favriol. Alors, pour rompre l’isolement et se soutenir moralement, nous avons créé un groupe sur messagerie instantanée. Ça renforce la cohésion. »

 

Grâce à ce travail collectif, et malgré le contexte, les salaires de nos collaborateurs ont donc été versés normalement. « Je tire mon chapeau à toute l’équipe car nous avons travaillé d’arrache-pied pour que tout se passe bien », souligne Élisabeth Moreau.

 

Mission accomplie pour ces collaborateurs qui ont su garder la tête froide pendant cette période délicate !