Nos métiers

Paprec Group encourage la réussite et l'accomplissement de chacun. Retrouvez ici les témoignages de collaborateurs dont la carrière est faite d'expériences variées et enrichissantes.

Cariste D3E

Yannick Gueneguan, Paprec D3E 95
Anthony Crépinet, Paprec D3E 64
Thierry Thomas, Paprec D3E 81
Mourad Belkhiri, Paprec D3E 69

Cariste D3E chez Paprec D3E

Introduction

Tous les jours, les caristes du Groupe réceptionnent, ordonnent et expédient les matières, entre autres missions. Maillons essentiels de la chaîne Paprec, ils nous expliquent leur travail.

 

Chargement et déchargement des camions, pré-tri, pesée et regroupement des matières : la mission de tous les caristes D3E du Groupe est fondamentalement la même. « Mais nous avons quand même évolué » commente Mourad Belkhiri, en poste du côté de Paprec D3E Chassieu depuis 2010.

 

« Avant, on travaillait avec des transpalettes pour déplacer les produits, et on pesait dans un second temps. Aujourd’hui, il y a moins de manutention et on utilise des chariots peseurs qui nous permettent d’être plus efficaces. »

 

Capables de transporter jusqu’à 6 tonnes de marchandises, ces chariots élévateurs sont les meilleurs alliés des caristes : « Il faut 3 semaines à 1 mois pour commencer à bien maîtriser le job. Et même si on reçoit une formation CACES 3 avant de commencer, on passe la majeure partie de ce temps à apprendre à bien manipuler le chariot. » explique Yannick Gueneguan, depuis le site de Sarcelles.

 

« Parfois, nous devons déplacer des baies informatiques ou des moteurs très lourds, qui font jusqu’à 2 tonnes. Il faut être vigilant et bien connaître son outil pour éviter les chutes d’objets»

 

Un avis que partage Thierry Thomas, cariste à Guitalens depuis 2011, tout en ajoutant que « Le plus important, c’est la sécurité. Il faut bien naviguer sur le site, klaxonner et surveiller le passage des piétons derrière nous. »

Métier, cariste D3E

Vigilance

Des produits dangereux accompagnent parfois les livraisons : « Certains objets contiennent des composants toxiques. On les repère lors du pré-tri et on les isole. Nous avons mis en place des procédures. » détaille Mourad Belkhiri.

 

« Il faut être réactif et organisé pour être un bon cariste, c’est sûr. Et beaucoup aimer ranger ! » ajoute Anthony Crépinet, employé chez Paprec D3E Custines.

 

« Lorsqu’on fait de la place de l’atelier, qu’on sépare bien les matières et qu’on charge vite les semis, on permet à nos collègues du tri et autres de mieux travailler. »

 

Un esprit d’équipe capital pour Mourad Belkhiri : « Franchement, c’est ce que je préfère dans mon travail. Responsables, trieurs, caristes…Le courant passe très bien entre tous les membres de l’agence, et ça facilite les choses au quotidien ! »

Paprec D3E, Sarcelles