Nos métiers

Paprec Group encourage la réussite et l'accomplissement de chacun. Retrouvez ici les témoignages de collaborateurs dont la carrière est faite d'expériences variées et enrichissantes.

Commercial ferrailles et métaux

David Achalé, directeur commercial de Paprec Métal Grand Ouest
Richard Cenet, directeur commercial Entreprises, Paprec Métal
Eric Vidal, Resp. des activités ferrailles et métaux, Echalier Paprec Auvergne
Vincent Bonnin, commercial ferrailles et métaux, Desplat

Commercial ferrailles et métaux chez Paprec Group

Les experts des ferrailles et métaux

Ces experts, capables d’estimer le poids et la qualité d’un stock d’un simple regard, parcourent la France pour acquérir des tonnes de ferraille et de métaux. Ils contribuent directement à la professionnalisation d’un secteur en pleine transformation et soumis à des normes de plus en plus strictes.

 

Acier, fonte, aluminium, inox ou encore cuivre : les différentes qualités de ferrailles et de métaux n’ont plus de secret pour ces commerciaux spécialisés. Chaque semaine, ils achètent des tonnes de matières auprès de fournisseurs variés. « Dans la même journée, je peux négocier avec le PDG d’une grande entreprise comme avec des artisans », raconte David Achalé, directeur commercial de Paprec Métal Grand Ouest (ex-Atlantic Métal).

 

Basé à Saint-Herblain près de Nantes, son site compte parmi ses fournisseurs de gros industriels. « Nous fixons un tarif lors de la signature du contrat cadre. Les prix sont ensuite indexés aux mercuriales, ce qui nous permet de les ajuster chaque mois, à la hausse ou à la baisse. »

 

Dans le bureau voisin, Richard Cenet supervise les appels d’offres nationaux. « Je dois me tenir sans cesse au courant de l’actualité du secteur pour positionner nos offres d’achats au plus juste. Mon rôle consiste également à bien estimer la valeur du gisement afin de proposer une offre cohérente pour un contrat qui peut aller jusqu’à neuf ans ! »

 

Commercial ferrailles et métaux

Un secteur qui change

Commercial chez Desplat depuis 1995, Vincent Bonnin négocie exclusivement avec des démolisseurs de voiture. Chaque mois, il achète en moyenne 1 500 carcasses d’automobiles à ses fournisseurs. « C’est un métier relationnel, je connais parfaitement chacun d’eux. Je passe mes semaines sur les routes, entre Reims et Clermont-Ferrand. »

 

Une fois la vente conclue, Vincent Bonnin envoie son chef de chantier sur le site du fournisseur, à bord d’une semi-remorque qui transporte une pelle et un aplatisseur. « Les VHU (Véhicules Hors d’Usage) sont compressés sur place par nos soins puis expédiés vers un exutoire partenaire. »

 

« Le secteur se professionnalise et Paprec accompagne ce mouvement, à l’image de ce que nous avons fait pour le papier et le carton il y a quelques années, explique Richard Cenet. Nous apportons technicité, fiabilité et transparence au métier. »

 

Mais aussi des innovations comme le chargement direct dans l’usine – avec une pesée contrôlée par le client – et une traçabilité totale – avec l’envoi de reporting sur la valorisation des ferrailles et métaux vendus.

 

Et si la crise chinoise bouleverse aussi les équilibres de ce secteur, les commerciaux mobilisent toute leur pédagogie, auprès des acheteurs comme des vendeurs, pour expliquer la situation et les inévitables adaptations.