Le recyclage aux quatre coins de la planète

Si le principe du recyclage est universel, aucune région du globe ne le pratique comme les autres. Bref tour d’horizon des pratiques, des bilans et des philosophies en la matière continent par continent.

Recyclage, Afrique

LE RECYCLAGE EN AFRIQUE

En 2050, un quart de la population mondiale sera africaine. Conséquence directe de cette croissance démographique fulgurante : une augmentation tout aussi effrénée des volumes de déchets produits.
 
Mais faute de budgets gouvernementaux permettant la mise en place de systèmes de collecte et de recyclage efficaces, la grande majorité des pays du continent est contrainte de déposer ces matières dans des décharges publiques ou illégales, qui représentent aujourd’hui plus de 4% des émissions de CO2 de la planète.
 
Pour lutter contre ce fléau, et notamment celui des déchets plastiques - diverses entreprises de recyclage innovent au quotidien. Ainsi, au Burkina Faso, au Niger ou au Mali, les sacs plastiques sont collectés par des chiffonniers, puis transformés en meubles, en vêtements ou encore en matériaux routiers par des PME toujours plus inventives. Par ailleurs, du côté du Nigeria, une nouvelle initiative mêlant fonds publics et privés rationnalisera cette année les réseaux de chiffonniers existants dans l’état d’Ogun pour collecter les déchets ménagers à la source et produire de l’électricité ou du bio-engrais. Une première dans l’histoire d’un continent qui a les idées, mais pas encore les fonds et les usines pour les mettre en œuvre.

Recyclage, Amerique du Nord

LE RECYCLAGE EN AMERIQUE DU NORD

Premiers producteurs de déchets au monde, les Etats-Unis ne pointent pourtant qu’à la dix-huitième du classement des meilleurs recycleurs internationaux, avec un taux de 35% de matières revalorisées.
 
Cause principale du problème : l’absence de directives nationales contraignant les différents états et leurs villes à œuvrer pour le réemploi des matières. Ainsi, l’intérêt pour le recyclage et l’efficacité des systèmes mis en place varient grandement en fonction des destinations.
 
A titre d’exemple, Oklahoma City et Indianapolis recyclent moins de 4% de leurs déchets, tandis qu’une ville comme San Francisco les traite quasiment tous, et se pose en véritable exemple pour le recyclage dans le monde. C’est même au cœur de sa baie, dans le hangar maritime de 20 000 mètres carrés du Pier 96, que l’on trouve le plus grand centre de recyclage professionnel de la planète.
 
Plus au nord, le Canada et son taux de 27% de matières recyclées lutte contre le même souci d’homogénéité législative en matière de traitement des déchets.

Recyclage, Amérique du Sud

LE RECYCLAGE EN AMERIQUE DU SUD

Avec près de 17 millions de tonnes de déchets recyclés par an, le Chili n’atteint pas 10% de taux de valorisation des matières, mais reste le leader d’un sous-continent qui peine à faire évoluer ce secteur d’activité. Maigre diffusion des messages environnementaux, lois inexistantes et sociétés de recyclage rares : les causes du problème sont nombreuses, mais n’empêchent heureusement pas certains entrepreneurs de prendre les devants.
 
Ainsi, des dizaines de projets novateurs comme la mise en place de campagnes d’information sur le recyclage de papier en Colombie, l’instauration de points d’apport volontaire en Argentine, la confection de couvertures de survie à partir de bouteilles plastiques au Pérou ou encore l’organisation de grandes journées de collecte des déchets électroniques au Mexique voient le jour chaque année. Et font progresser à grands pas la cause du recyclage aux quatre coins de l’Amérique Latine.

Recyclage, Asie

LE RECYCLAGE EN ASIE

Grands importateurs de déchets recyclables destinés à combler un déficit de matières premières et  soutenir leur production industrielle, la Chine, l’Inde, Taïwan, la Malaisie ou la Corée du Sud sont aujourd’hui les principaux acteurs économiques du marché international du recyclage.
 
Des déchets électroniques aux vieux papiers (utilisés pour fabriquer les emballages des produits expédiés vers l’Europe et les Etats-Unis puis rapatriés pour être de nouveau traités), les usines des forces vives du recyclage asiatique traitent tous les types de matières.
 
Avec plus de 60 millions de tonnes de déchets importés et recyclés chaque année (dont plus de 27 millions de tonnes de vieux papiers/cartons), la Chine reste cependant le poids lourd du secteur. Mais n’affiche pourtant pas le meilleur taux de valorisation de ses propres déchets, détenu par la Corée du Sud (60%).

Recyclage, Océanie

LE RECYCLAGE EN OCEANIE

Avec un taux de valorisation global de 41%, l’Australie est treizième du classement des nations, et la deuxième non-européenne (après la Corée du Sud).
 
Les raisons de cette performance ? La volonté du gouvernement, depuis le mitan des années 2000, de passer du « tout en décharge » à un maximum de valorisation en favorisant l’installation d’usines dernier cri sur son vaste territoire. Et en multipliant les campagnes d’information auprès de la population ou les opérations pionnières.
 
D’ailleurs, si le tri systématique de toutes les formes de déchets n’y est pas encore obligatoire, l’Australie fut l’un des premiers pays à recycler les mégots de cigarettes.  Mais demeure pourtant le seul de son continent capable d’afficher aujourd’hui un pareil bilan (le taux de valorisation des îles voisines dépassant rarement les 5%). 

Recyclage, Europe

LE RECYCLAGE EN EUROPE

Généralisation du tri, adoption de lois environnementales toujours plus contraignantes, progrès permanent des techniques de valorisation et développement de l’économie circulaire : l’Europe est indéniablement le leader du recyclage mondial.
 
Des pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Suède affichent des taux de valorisation dépassant franchement les 50%, et se disputent la place de meilleur élève international chaque année. Par ailleurs, plus de quatorze états-membres de l’Union Européenne (dont la France, qui dépasse aujourd’hui la moyenne) ont vu leur taux augmenter de plus de dix points entre 2004 et 2012.
 
Un bilan remarquable qui masque pourtant d’importantes disparités entre les nations phares du secteur et ses membres les moins performants. 

Logo recyclage

D'OU VIENT LE SIGLE DU RECYCLAGE ?

Avec sa boucle constituée de trois flèches vertes, le ruban de Möbius est le logo universel des matériaux recyclables (mais pas nécessairement recyclés) depuis 1970.
 
Il doit son nom au mathématicien August Ferdinand Möbius, qui décrivit pour la première fois en 1858 cette surface à deux dimensions et un seul bord. Sa version schématisée fut choisie comme emblème du recyclage lors du premier Jour de la Terre, un évènement créé par le sénateur du Wisconsin Gaylord Nelson pour sensibiliser l’humanité à la cause environnementale. 
 
 
Le recyclage et son histoire : 
 

 

Interrogez nos spécialistes

Afin de répondre au mieux à votre demande, nous vous remercions de renseigner l'ensemble des informations demandées ci-dessous.

* Champ obligatoire

Conformément à la loi Informatique et libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez par ailleurs d'un droit d’accès de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous contactant à l'adresse suivante: Paprec Group, Département Communication, 7 rue Pascal 93126 La Courneuve Cedex.