La vente des matières plastiques

Après avoir broyé, micronisé ou régénéré ses déchets plastiques, Paprec doit encore les commercialiser auprès des industriels. L’occasion de revenir sur la façon dont s’opère le négoce au sein du groupe, sa stratégie en matière de diffusion des tonnages, les différents marchés sur lequel il est implanté, mais aussi la réutilisation finale de ses produits valorisés.

COMMENT SONT VENDUS LES PLASTIQUES ?

Chez Paprec, tous les achats et les ventes de plastique recyclé sont centralisés au sein d’une cellule baptisée FCR (et non pas une entreprise de négoce externe). Celle-ci est chargée de travailler avec les partenaires  du groupe, mais aussi de prospecter de nouveaux clients. Dans ce domaine, la société cherche avant tout à établir des partenariats durables, contractualiser ses approvisionnements auprès des fournisseurs pour que ces derniers soient certains de voir leur déchets plastiques régulièrement enlevés sur des périodes de trois à cinq ans, et donc assurer aux futurs acheteurs une matière pérenne en termes de qualité et de quantité, fournie à des rythmes invariables. Parce que les achats occasionnels et les ventes de plastique ponctuelles ne sécurisent pas de grands clients comme les industriels de la grande distribution ou du domaine automobile – soucieux de ne pas changer de fournisseurs trop fréquemment – Paprec cible au moment de la vente de matières plastiques recyclées des clients susceptibles de s’inscrire dans la durée, et instaurer avec le groupe une relation de confiance basée sur l’excellence des produits livrés.
 
Il est d’ailleurs important de noter qu’au cours des dernières années, l’entreprise de gestion des déchets ayant considérablement développé son activité de régénération (qui permet la valorisation du plastique dont les qualités sont proches de celles d’une matière vierge), elle est aujourd’hui capable de traiter directement avec les transformateurs de l’industrie plasturgiste, sans avoir à revendre le plastique broyé aux compounders qui se chargeaient auparavant de re-granuler les déchets plastiques pour les commercialiser eux-mêmes auprès des industriels. En d’autres termes, la clientèle du groupe change en fonction de ses progrès techniques en matière de valorisation des déchets plastiques , et des différentes innovations qu’elle tient à intégrer au sein de ses usines de plastique, dont certaines sont devenues des références en matière de régénération haut-de-gamme.
 
Et si cela n’empêche pas le groupe de continuer à vendre des tonnes de matières broyée ou micronisée à des industriels capables de la régénérer eux-mêmes ou de l’intégrer directement à leurs cycles de production (c’est pas exemple le cas des chutes de production, parfois préformées, mais faites de matière vierge re-broyée et réinjectée dans la fabrication des produits en plastique), Paprec vise une clientèle soucieuse de se procurer de la matière recyclée de très haute-qualité pour des raisons économiques, ou même écologiques. En effet, si un grand nombre de fabricants de plastique industriel se sont volontairement engagés auprès de leur clientèle à fournir un certain pourcentage de matière recyclée, la législation actuelle oblige par exemple certains secteurs (comme celui des équipementiers automobiles) à incorporer au moins 20% de plastique revalorisé au sein de leur production. Ce sont ces acheteurs qui sont à la recherche de fournisseurs de matière plastique fiables, capable de leur vendre un plastique de qualité égale tout au long de l’année.
 
En matière de négoce des nouvelles matières premières, l’exigence des clients ayant augmenté avec celle des consommateurs et l’évolution des normes en matière de QSE (Qualité –Sécurité – Environnement), Paprec leur garantit – au moment du négoce des matières plastiques - une traçabilité irréprochable des matières vendues, des contrôles qualités internes fréquents,  et  demeure aujourd’hui  un fournisseur de plastiques hautement-certifiés, dont les critères d’homologation sont parfois quasi-identiques à ceux de la matière vierge. C’est par exemple le cas du PET de grade alimentaire régénéré par le groupe, qui figure parmi les plus renommés d’Europe, et favorise donc l’achat de plastique recyclé de la sorte.
 
Les granulés de plastique sont conditionnés dans des citernes, livrées par des transporteurs externes et directement vidées dans les silos des transformateurs. Ce type d’approvisionnement, qui fluidifie le processus mais empêche un véritable contrôle qualité, peut-être envisagé comme une des preuves de la  confiance que ce groupe spécialisé dans le traitement des déchets plastiques a su inspirer à ses divers partenaires. 

OU SONT-ILS VENDUS ?

Aujourd’hui, Paprec vend 30% de ses volumes de matières plastiques recyclées en Asie (Chine, Malaisie Vietnam), 27% en Europe  (Allemagne, Portugal, Belgique, Pays-Bas, Espagne, Italie) et 43% en France, afin de ménager l’industrie de proximité sans pour autant se fermer aux marchés internationaux.
 
Au niveau du négoce de plastique continental, c’est l’industrie plasturgiste italienne qui, traditionnellement, concentre le plus d’achats de plastiques recyclé (11%). Derrière, l’Allemagne figure également parmi les pays les plus friands de déchets plastiques revalorisés, l’état local ayant depuis longtemps décidé de subventionner le recyclage et encourager l’achat de plastiques régénérés afin de mieux préserver l’environnement.
 
Pour ce qui est de la vente de plastiques recyclés en Asie, Paprec diffuse la plupart de ses matières sur le marché chinois, qui multiplie les achats de plastique broyés et peu valorisés, la main d’œuvre locale étant peu onéreuse, et capable de dépolluer automatiquement ou manuellement les films encrés, les matières plastiques en PET coloré (vendu aux fabricants de fibre textile), et les matières mélangés que les industriels seront ainsi à même d’injecter au sein des différents cycles de fabrication.
 
Par ailleurs, c’est en France que la vente de matières plastiques micronisées (principalement du PVC) et  de PET de grade alimentaire(que Paprec sait désormais re-granuler) est la plus importante.

UTILISATION DES PLASTIQUES RECYCLES

Mis à part le Bottle to Bottle, ce procédé permettant de fabriquer des bouteilles de PET à partir d’autres bouteilles recyclées, les modes de réemploi des matières plastiques recyclées sont multiples, et variables en fonction des types de plastique. Ils permettent aux plasturgistes de fabriquer un grand nombre de produits, comme du film, des seaux ou des outils pour le polyéthylène basse densité (PEBD) des tubes d’irrigation, des bacs roulants ou des poubelles à partir de déchets plastiques recyclés type PEHD (haute densité), des pièces automobiles, des matériaux destinés au bâtiment ou des vides sanitaires pour le plastique PP (polypropylène) recyclé, du profilé de menuiserie, des tubes d’induction, du ruban adhésif ou des fibres textiles pour le plastique PVC revalorisé, du feuillard (bande plastique employée pour cercler un emballage), de la fibre, des bobines de thermoformage et des préformes pour le PET, différentes pièces d’injection ou de thermoformage pour le polystyrène, des vitrages pour le polycarbonate, et de la fibre textiles ou des pièces d’équipement automobile pour certains polyamides (PA).
 
Néanmoins, les matières plastiques recyclables et recyclées les plus commercialisées en France et dans le monde par le groupe Paprec restent le PET, le polyéthylène basse ou haute densité, le polypropylène et le PVC.
 
Le cycle du recyclage des plastiques est un processus par étape. Découvrez celui de :

Interrogez nos spécialistes

Afin de répondre au mieux à votre demande, nous vous remercions de renseigner l'ensemble des informations demandées ci-dessous.

* Champ obligatoire

Conformément à la loi Informatique et libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez par ailleurs d'un droit d’accès de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous contactant à l'adresse suivante: Paprec Group, Département Communication, 7 rue Pascal 93126 La Courneuve Cedex.