La distribution du papier

Les distributeurs de papier recyclé (ou neuf) et imprimé peuvent représenter le dernier échelon professionnel avant l’utilisation finale - et le redémarrage du cycle de recyclage papier - ou se charger de faire le lien, dans le domaine de la presse, entre l’imprimeur et le diffuseur. Les modes opératoires de ces entreprises variant en fonction des types de documents ou des réseaux visés, et parce que le fait de recycler du papier exige une connaissance approfondie de tous les aspects des différents marchés, voici en quelques paragraphes un panorama complet de leurs activités.

LA DISTRIBUTION PUBLICITAIRE

Chaque année en France, les plus importants distributeurs d’imprimés publicitaires déposent plusieurs dizaines de milliards de documents dans les boites aux lettres hexagonales, et s’appuient pour cela sur des filiales locales spécialisées dans la distribution de prospectus.
 
Après réception des palettes de documents expédiées par les imprimeurs et commandées par les acteurs de la grande distribution, les TPE/PME ou  les petits commerçants, et avant d’entamer la distribution à proprement parler, ces entreprises se chargent tout d’abord de constituer ce qu’on appelle des « poignées » de documents, dont le poids est régi par des conventions collectives (au-delà de 500 grammes, une seconde poignée doit être préparée). Ces poignées sont constituées et ordonnées manuellement par des opérateurs (sur site ou à domicile) ou mises en forme par l’intermédiaire de machines spécialisées, et chacune d’entre elles sera ensuite déposée dans l’une des 26 millions de boites aux lettres visées chaque année (ces poignées rejoindront ensuite les sites de recyclage de papier via la collecte sélective).
 
Vient ensuite la phase de distribution, régie par de rigoureux systèmes de tournées, dont dépend en grande partie l’efficacité de l’opération. Un mauvais calcul pouvant entrainer des frais importants, des ingénieurs sont spécifiquement engagés par les distributeurs pour limiter les pertes de temps et le retour de documents, mais aussi diviser les volumes en fonction des quartiers, des « stop-pubs » (8% des boites aux lettres françaises) ou des habitations visées (le rendement de la distribution n’étant pas le même dans les habitations verticales et horizontales).
 
Pour compléter ces opérations de diffusion en boites aux lettres, ces entreprises peuvent mettre en place des campagnes de « street-distribution », un media de contact qui voit les opérateurs distribuer des flyers de la main à la main, ou distribuer des tracts sur les pare-brises des particuliers. Si la distribution de prospectus représente tout de même 90% des tonnages distribués, notons que la distribution de journaux comme le 20 minutes - diffusé dans les lieux publics - peut également être prise en charge par ce type de sociétés. 

LA DISTRIBUTION DE PRESSE

Pour mieux comprendre comment les journaux (nationaux ou régionaux) et les magazines passent des imprimeries aux mains des consommateurs, énumérons les différentes étapes ou types d’opérations qui constituent la chaine de distribution française :
La messagerie de presse
Situées en amont de la chaine, les deux messageries de presse française (Presstalis et les Messageries Lyonnaises de Presse) réceptionnent les titres envoyés par les imprimeries (Presse Quotidienne Nationale et Régionale, hebdomadaires, magazines), avant de les trier, de composer les commandes selon les besoins de chaque dépositaire, puis de les réinjecter au sein du réseau de dépositaires de presse avec lesquels elles collaborent (Un peu plus de 200 pour chacun de ces organismes).
 
Les dépositaires de presse
Le dépositaire central de presse se charge d’assurer la seconde étape de distribution des titres, et d’alimenter les différents points de vente (Un pour 2000 habitants en France). Il réceptionne et répartit les documents à la faveur de la nuit, puis livre les différents lots, très tôt le matin, à leurs diffuseurs (kiosques, marchands de presse etc.).
Si l’éditeur de presse contrôle les quantités distribuées au sein du réseau de diffusion, le dépositaire profite de la connaissance de son marché local pour mieux gérer la distribution des titres (livraison en temps et en heure, respect des plafonnements de quantité, de la politique commerciale de l’éditeur mais aussi de la demande des diffuseurs).
 
Distribution postale et portage
Dans le domaine de la presse pour abonnés, deux solutions s’offrent aujourd’hui aux éditeurs hexagonaux : la première consiste à mettre en place une distribution postale des titres (en partenariat avec des sociétés spécialisées), et la seconde à distribuer les titres - par porteur - au domicile ou sur le lieu de travail des abonnés. Ce dernier système, majoritairement employé par les éditeurs de Presse Quotidienne Régionale (à hauteur de 50% en moyenne, contre 10 ou 15% pour les grands quotidiens nationaux), gagne du terrain en France et pourrait bientôt concurrencer celui de la distribution postale. 

LA COLLECTE DU PAPIER A RECYCLER

Les entreprises de gestion de déchets et de recyclage du papier collectent chaque année d’importants tonnages de matière auprès de ces distributeurs.
 
Dans le cas des distributeurs de presse, les professionnels du recyclage papier travaillent principalement auprès des dépositaires, chargés de collecter les invendus chez les diffuseurs, de les trier (pour mieux recycler le papier), et de les mettre en benne. Parfois, le traitement des déchets s’effectue directement chez l’éditeur, à qui le dépositaire a préalablement envoyé les stocks de papier recyclable.
 
La donne change du côté des distributeurs de documents publicitaires, puisque les recycleurs récupèrent auprès d’eux un certain pourcentage de matière non-distribuée (prévu par les conditions générales de vente) ou fournie en trop grandes quantités par les imprimeurs. La collecte s’effectue alors par bacs, et non par bennes, pour ajouter une certaine souplesse de stockage et de collecte au processus de gestion des déchets, dont le volume utile est bien souvent optimisé afin d’améliorer la qualité de service. Au terme de ces opérations, le recyclage du papier peut entamer un nouveau cycle.
 
Le cycle du recyclage des papiers et cartons est un processus par étape. Découvrez celui de :

Interrogez nos spécialistes

Afin de répondre au mieux à votre demande, nous vous remercions de renseigner l'ensemble des informations demandées ci-dessous.

* Champ obligatoire

Conformément à la loi Informatique et libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez par ailleurs d'un droit d’accès de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en nous contactant à l'adresse suivante: Paprec Group, Département Communication, 7 rue Pascal 93126 La Courneuve Cedex.